Vulpis : Renarde sans Cœur

Discussion dans 'Histoire RP' créé par SuriKat, 24 Décembre 2019.

  1. SuriKat

    SuriKat Membre

    Inscrit:
    11 Mars 2019
    Messages:
    9
    J'aime reçus:
    12
    Points:
    3
    "J'ai toléré ton existence pendant longtemps, mais je ne saurais pas supporter un monstre parmi les sous-êtres."

    Voici les derniers mots durs d'une mère, la mienne. Après tout, les Chiss ne sont pas connus pour leur délicatesse. Effectivement, je suis une hybride : ma mère s'est fait sauter par un Twi'lek de passage, un voyageur tomber sur elle par hasard. Elle a été exilée de Csilla pour cette relation : les Chiss n'ont jamais réellement apprécié les peuples "faibles" et les Twi'Lek ont rarement fait preuve de leur force...

    C'est comme ça que nous nous sommes retrouvées toutes deux sur
    Nar Shaada. Mais même là, ma mère me faisait passer pour un esclave qu'elle avait acheter très jeune pour investir. Ce qui est sur c'est qu'elle a eu un bon retour sur investissement. Dès mon plus jeune âge, elle me faisait travail... non, elle me louait à l'un des bars de Nar Shaada. J'y étais serveuse la plupart du temps, mais pour leurs meilleurs clients, je me devais de remplir... "d'autres tâches". En somme, tout ce qu'ils voulaient. De ce qu'on m'a toujours dit, je ne fais pas exception au cliché des femelles Twi'Leks attirantes, peut-être plus que la moyenne d'ailleurs. Je suis une Twi'Lek de 1m67 pour 51 kg, mais surtout, je suis rouge. La rareté attire toujours : vous vous douterez donc que mes 12 ans n'étaient pas passés que ces tâches étaient déjà, hm, sportives ?
    [​IMG]

    Un seul de leur client a voulu prendre soin de moi, un humain relativement âgé, régulier du bar, mais n'aimant pas trop ma présence dedans. Il m'a un jour donné un
    couteau en me disant de m'en servir en "dernier recours". Ce jour-là, je haussai les épaules en le prenant, ignorant presque ses paroles. Le problème est le suivant : je fus éduquée à la Chiss, qui plus est par une Chiss particulièrement antipathique. Ainsi, jamais les émotions, l'empathie ou le contact social ne fit réellement partie de ma vie.

    Ma mère prenait évidemment toute ma paye et me nourrissait au minimum, mais je parvenais parfois à exfiltrer quelques pourboires et me payais des
    livres. C'était le vieil humain qui m'avait appris à lire, prétextant un jour vouloir mes services privé. J'adore apprendre des choses, c'est la seule chose me donne le sentiment de progresser, d'avancer dans ma vie. La biologie m'intéresse tout particulièrement ! C'est pour cela qu'il m'arrivait parfois de... de m'ouvrir moi ou des petits animaux pour vérifier ce que je venais d'apprendre. La pratique est le meilleur apprentissage. Aussi, la souffrance me permettait de ressentir. Pas des émotions, certes, mais je sentais quelque chose. C'est lorsqu'elle est menacée que la vie prend toute sa valeur...

    Un jour, le vieil homme entre dans le bar, déjà alcoolisé. Lorsqu'il me vu, il demanda au patron à
    me voir en privé. Je m'attendais à un autre cours, mais celui-ci me sauta dessus. Cela ne m'aurait pas... plus dérangé que cela. Je veux dire, j'avais l'habitude de ce genre d'entreprise. Mais lui... lui était violent, très violent. Tellement que j'en ai eut peur pour ma vie. Enfin "peur", je ne sais pas, mais mon instinct de survie s'est allumé d'un coup. J'ai saisi mon couteau et lui ai planté dans le coup. J'ai vu, de quelques centimètres, ses yeux se révulser et sa bouche s'emplir de son propre sang... Et j'étais heureuse. Non pas pour le côté moral de l'action, mais car il souffrait. Aussi surprenant que cela puisse paraître, puisque je n'ai jamais ressenti que la douleur, celle des autres m'est agréable. Très agréable.

    Évidemment, redescendre dans le
    bar avec ma tenue imbibée de sang chaud ne m'a pas permis de passer inaperçue... Un docteur a couru à l'étage pendant que son collègue s'occupait de moi. Des docteurs dans ce bar... je n'en reviens toujours pas. Ils étaient, si je me souviens bien, en escale pour une mission de recherche. Le second avait commencé sa carrière en tant que psychologue, d'où le fait qu'il s'intéressa à mon état... Lorsqu'il comprit que j'étais la responsable, il me regarda un instant. Un instant suffisamment long pour que je perçoive la pitié dans ses yeux. Il me donna son manteau et me fit sortir du bar, profitant de l'agitation pour nous éclipser.

    Nous discutâmes longuement une fois chez lui. Très longuement... Je crois qu'il m'
    analysait. Enfin, disons que j'en suis convaincue pour la simple et bonne raison qu'il finit par me donner une sorte de diagnostique... Effectivement, il souhaitait initialement s'assurer que je n'ai subi aucun traumatisme, mais il fut choqué de se rendre compte que... je ne semblais pas troubler par l'expérience. Des mots durs ont été employés... "Sociopathe" était l'un d'entre eux, mais selon lui, tout vient d'un certain problème mental. Sûrement une forme d'autisme justifiant ma difficulté à ressentir des émotions et mon attrait pour les connaissances. La situation aurait été empirée par mon éducation Chiss, m'empêchant de ressentir quoi que ce soit...

    Face à mon état, il n'avait aucune raison de me garder, et ne pouvait se résoudre à me livrer à une quelconque
    autorité. Il me raccompagna donc à ma mère. Celle-ci avait entendu parler des événements du bar et écouta les paroles du médecin. Elle fit mine de comprendre devant lui, mais dès qu'elle claqua la porte, elle partie chercher ses affaires. Elle me traîna par le bras sans un mot jusqu'au spatioport et me jeta dans un vaisseau. Le trajet fut d'un silence pesant jusqu'à ce que nous pénétrions l'atmosphère sèche de Korriban. Elle souhaitait me livrer en tant qu'esclave en pensant que, de par mon "incapacité totale" je ne durerai pas longtemps. Après avoir prononcé les mots que vous connaissez maintenant, elle partie.

    Je n'ai pas été triste, mais j'ai été
    sacrément perdue. Depuis ma naissance, je n'ai été qu'avec elle et elle décidait de tout pour moi. En 17 ans, je n'ai jamais agi seule. Ah oui, je dis généralement que j'ai 19 ans dans l'académie pour éloigner les plus pervers... Bref, il s'est avéré qu'elle se trompa et que ma sensibilité à la Force vue révélée par des contrôles aléatoires. De plus, mon goût prononcé pour les connaissances fut valorisé et me voilà maintenant Sorcière Sith. Cette position m'offre un nombre incalculable de possibilités que je compte bien exploiter, et des occasions multiples de souffrir ou de faire souffrir pour mon plus grand plaisir...
    Pour ma Maestra, pour l'Empire et pour l'Empereur, je deviendrais une grande Sith.

    [​IMG]
     
    Dernière édition: 24 Décembre 2019
    Kurama et Kadiozze aiment ça.
  2. SuriKat

    SuriKat Membre

    Inscrit:
    11 Mars 2019
    Messages:
    9
    J'aime reçus:
    12
    Points:
    3
    Je remercie par avance tout ceux qui ont pris le temps de lire cette présentation, et encore d'avantage ceux qui prendront le temps de me laisser une critique sur cette dernière !
    Egalement je m'excuse si une
    faute a été faites, qu'elle soit dans le RP (le Lore par exemple) ou le français: je m'efforcerais de la corriger au plus vite dès que j'en aurais pris connaissance !


    Source de la première image : https://starwars.fandom.com/wiki/Nar_Shaddaa/Legends

    Source de l'image finale : https://www.pinterest.fr/pin/476044623107546786/?lp=true
    Modifiée et animée par mes soins sur PhotoShop
    -
     
    Dernière édition: 24 Décembre 2019
  3. Ryley

    Ryley Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2018
    Messages:
    45
    J'aime reçus:
    31
    Points:
    18
    Sexe:
    Homme
    Je trouve ça intéressant, l'orthographe est soigné c'est plaisant à lire GG
     
    Dernière édition: 24 Décembre 2019